Un nouvel album de Nolwenn Korbell

Nolwenn Korbell sort Ar Preñv glas (le ver luisant, un grand album de chanson rock. Un rock qui remue les tripes, sans pop ni complaisance, une musique ramassée sur la douleur à la façon d’un boxeur. Car une tristesse rageuse anime le chant de Nolwenn Korbell en breton, français et anglais. On peut suggérer aux non brittophones d’entrer dans l’album par le premier titre en français, A Quoi bon (ci-dessus), même si le breton est agréablement articulé par ailleurs. L’orchestration se laisse parfois tenter par l’évanescence trip-hop, mais la voix de Nolwenn Korbell reste toujours terrienne, organique, portée par des mélodies et des textes qui trouvent leur apogée dans la version poignante de Deuit ganin-me où Nolwenn Korbell transcende l’interprétation des Sœurs Goadec. La chanteuse s’est entourée d’Hélène Brunet à la guitare électrique, Thomas Saouzanet aux claviers et aux machines, Matthieu Le Moal à la basse et aux guitares. Revoir également le clip Ha Ma dont nous parlions dans la Lettre Dru du 10 avril dernier.