Chansons d'une Bretagne actuelle

Gérard Delahaye s’écoute comme un vieux copain qui prendrait tout à coup sa guitare au coin du salon et transformerait un apéro sympa en moment de poésie. Il était déjà chanteur dans les années 70, entre autres le D d’EDF, fameux trio avec Patrick Ewen et Melaine Favennec. Il est aussi l’auteur de nombreux disques pour les enfants. Ce nouvel album, Jardin d’Eden, a l’air fait pour les amis, c’est à dire tout le monde. Il nous chante avec simplicité, d’une voix légère, à la justesse assurée, parfois un peu trop lointaine, sur des mélodies plus élaborées qu’il n’y paraît. Ses textes ne donnent pas de leçons. Ils racontent des « moments qui flottent au fil du temps », la joie de vivre, l’amitié et aussi le soupir de quelqu’un qui sait qu’au bout d’un chemin de genets qui « dansent dans le vent », on peut tomber sur « six chasseurs, pâté, casse-croute et vin blanc ». Gérard Delahaye veut toujours chanter l’amour et l’eau fraiche, mais dans son monde, il y a aussi des hommes à kalach qui cassent les guitares. Le rêveur garde l’œil ouvert. Sa voix s’entoure ici d’une orchestration intemporelle avec des invités comme Dan ar Braz à la guitare électrique, Jean-Luc Thomas aux flûtes, Marie Suzanne de Loye à la viole de gambe. Sortie le 4 février. Commandes sur www.gerarddelahaye.fr

Jardin d'Eden, de Gérard Delahaye

Dans le même style, vous aimerez aussi

Maxwell Farrington album

Maxwell Farrington en solo pop

Maxwell Farrington, compositeur et chanteur Australien installé près de Saint-Brieuc sort un album où il joue au crooner dans une ambiance de pop anglaise sucrée et acidulée.

Disque Les Sentiers partagés Soïg Siberil

Soïg Siberil, maître breton de la guitare folk, sort le disque Les Sentiers Partagés, un album lumineux où il a invité Jean-Félix Lalanne à la direction artistique et de nombreux autres guitaristes.

Le trio Dia. T créé en novembre 2019 a fait forte impression le 24 octobre à la fête de la Bogue d'Or de Redon. Le chant populaire de Madagascar de Marina Razanasoa est ici doublement porté par la guitare folk de Gilles Le Bigot et la vielle électro-acoustique de Gurvan Liard.